Nécromancien et golems

ffbyssz

© Inconnu. Le Sahelentropus.

Le Cyberespace, vocable proposé dans le roman Le Neuromancien (William Gibson, 1984), recèle le potentiel nécessaire afin de bouleverser les habitudes historiques en matière de projection de forces via la robotisation du champ de bataille. Il pourrait couper le lien habituellement observé entre démographie et nombre comme l’une des conditions de la supériorité militaire.

Par un panorama historique très large, mais aussi très sommaire, il est possible de distinguer les puissances maritime et terrestre. Car Schmitt notait même que l’ordre spatial et juridique issu du deuxième nomos qu’il proposait s’appuyait sur la dialectique entre ces deux milieux (SCHMITT Carl, Terre et Mer, Paris, Labyrinthe, 1985). Depuis l’Athènes de l’Antiquité jusqu’à la Chine du XXIe siècle, la thalassocratie dominerait les mers et en recherchait le monopole.

La majeure partie des cas voyait les cités maritimes accumuler des richesses et les convertir en capitaux militaires, susceptibles d’être convertis en projection de puissance. Il y avait une liaison entre une nation maritime démographiquement pauvre et sa puissance hauturière. À celles-là, il fallait opposer la puissance terrestre qui épuisait ses capitaux dans la sécurisation de ses frontières ou l’extension de celles-ci et ne pouvant se tourner vers la seule Mer.

Pour reprendre le fil des idées de Gilles Deleuze et Félix Guatarri, le troisième nomos, et contrairement à ce que proposait Schmitt, ne se construirait pas sur la dialectique rénovée entre la Terre et la Mer par la troisième dimension qu’est l’Air, mais bien par la distinction entre les espaces lisses (Mer, Air, sphère électromagnétique, Espace et Cyberespace) et striés (Terre). Laurent Henninger aménage sans renverser ce postulat avec les espaces fluides et solides.

Le cyberespace amènerait, potentiellement, ou plus modestement : hypothétiquement, une rupture entre les milieux lisses et striés. Il ne serait plus nécessaire d’être une puissance striée, un État continental pour sa forme la mieux développée, afin de disposer du nombre nécessaire à la conduite des campagnes terrestres. C’était là la faiblesse des forces expéditionnaires que d’être contrainte à une haute voltige afin de déstabiliser le dispositif stratégique adverse en l’étirant jusqu’à la rupture afin de débarquer entre les maillons de ses chaînes.

Dorénavant, grâce à l’alliance entre la robotique et la projection algorithmique (Thierry Berthier, “ Projections algorithmiques et cyberespace ”, Revue internationale d’intelligence économique 2/2013 (Vol. 5) , p. 179-195 ), il devient imaginable de prétendre à déplacer de gros volumes de forces par une augmentation de la densité des corps aéroamphibies en « combattants » et véhicules divers. Des forces au moins équivalentes à celles qu’il sera nécessaire d’affronter ou suffisantes dans un conflit asymétrique où le quadrillage du terrain est primordial afin de retirer l’eau au poisson, s’il fallait reprendre une image maoiste.

Ainsi, et dans la pratique, il deviendrait possible d’entretenir des navires et des bases en outre-mer capables d’entretenir l’équivalent de plusieurs brigades d’infanterie – de l’idée d’arsenalisation des espaces océaniques, voire d’infrastructurisation (Lars Wedin). Raccourcissant d’autant la projection de forces.

C’est-à-dire aussi qu’un même opérateur « humain » pourrait, par une sorte de don d’ubiquité, contrôler à distance un robot où qu’il soit sur le globe. Et encore, cela pourrait ne servir que pour certaines tâches, par exemple d’intervention ou d’investigation quand le quadrillage de toute ou partie du territoire est en partie la somme de tâches répétitives où l’humain n’est pas nécessaire s’il s’agit d’intercepter des forces ennemies dans des déserts humains.

Les futurs nécromanciens commanderaient à plusieurs golems.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s